Alors que la première autorisation de prélever des organes sur une personne décédée par arrêt du cœur contrôlé, après limitation ou arrêt des traitements, a été accordé en France le 2 décembre 2014, l’Espace éthique/IDF revient sur cette procédure, dite Maastricht III.

En tenant compte des circonstances de survenue de l’arrêt cardiaque, G. Koostra et col., ont proposé en 1995 aux Pays-Bas une sorte de classification ou de catégorisation des donneurs potentiels en 4 catégories. La catégorie 3 ou M3 inclut des personnes chez lesquelles l’arrêt cardiaque est attendu, « awaiting cardiac arrest ».
Il s’agit de patients mourants (dying), le plus souvent dans un service de réanimation, et pour lesquels les patients ou leur proches sont favorables au don d’organes. Dans ce cas, les traitements sont arrêtés, l’arrêt cardiaque attendu, puis les procédures de prélèvement d’organes mises en place.