Sans-titre-1

Mercredi 3 décembre à 17 h

Amphithéâtre anatomique de la Faculté de Médecine de Montpellier

(2 rue de l’Ecole de Médecine)

 

Ce médecin légiste de 37 ans est aussi anthropologue (docteur ès lettres). Rattaché au laboratoire d’éthique médicale de l’Université Paris Descartes, il dirige une équipe pluridisciplinaire travaillant dans le domaine de l’anthropologie médico-légale à l’Université Versailles Saint Quentin. La spécificité des travaux de  Philippe Charlier : utiliser le « matériel » de l’archéologie pour le placer au service de la médecine légale et ses techniques de pointe de diagnostic et d’identification (imagerie, génétique, toxicologie…). C’est ainsi qu’Henri IV, Agnès Sorel ou Richard Cœur de Lion s’avèrent être des patients très utiles à l’amélioration des sciences criminelles.

 

Faire parler les morts pour sauver des vies

Celui qui a choisi l’avatar de @doctroptard sur Twitter est avant tout et résolument un médecin. De ce métier de médecin-légiste classique, qui reste nimbé de mystère, il souligne volontiers l’intérêt méconnu : au-delà de la répulsion que suscite le corps mort dans la société, disséquer consiste aussi à découvrir pour sauver d’autres vies.

« Mon métier, c’est de faire parler les morts » affirme Philippe Charlier. De quoi sont-ils morts et dans quelles circonstances ? Quelle a pu être leur vie d’après les pathologies révélées par les stigmates observés ? Il s’agit parfois d’offrir la possibilité de prévenir de futurs décès dans une famille en décelant des anomalies héréditaires. Et toujours de récupérer des informations menacées de disparition pour le bien commun, la connaissance et le progrès.

Puisque « même mort, un corps est sacré », celui-ci reste à ses yeux un patient dont l’humanité est irréductible. L’ouverture pratiquée par le médecin légiste est un geste fort placé au service de la société et impérativement empreint d’humanisme.

 

Conférence-débat ouverte à tous.

Inscription par retour de mail souhaitée.

 

­­­­­­­­­­­­­­­­­


Contact : Pascaline Rocher

Coordinatrice

Espace régional de réflexion éthique

pascaline-rocher@chu-montpellier.fr

04 67 33 23 90 / 06 31 47 45 18